Les 29 et 30 novembre au Palais des Congrès de Madiana venez visiter VALORA !

   
     Contactez-nous : 0696 73 26 26
Tap To Call

Tables Rondes   arrow

Pendant ces 2 jours, participez aux 7 Tables Rondes de 1h45 chacune avec les spécialistes et professionnels concernés


CHLORDECONE :

Intervenants Etat, Planteurs, ARS, Programme JAFFA, Professeur Malcom Ferdinand, chercheur au CNRS, Chambre d’Agriculture, Louis Boutrin, CTM…

Pour tout savoir sur la Chlordécone. Les pistes de réflexion, les solutions, les différents types de cultures possibles sur les sols contaminés, les cartes des sols non-pollués et pollués, le label Zéro Chlordécone…

SARGASSES :

Intervenants : Etat, Transformateur, Association des Maires, Biologiste

Le point sur cette évasion et ce fléau avec les principaux professionnels. Exemples concrets et témoignages. D’où elles viennent, les solutions actuelles, les pistes de débouchés, les effets sur la santé et l’environnement…

EAU & ASSAINISSEMENT EN MARTINIQUE :

ODE, Etat, SME, Odyssi, SMDS, Comité de Bassin

Dans le cadre de ses missions et en application du principe pollueur- payeur, L’Office de l’Eau Martinique collecte des redevances qui permettent le financement d’actions de préservation de la ressource en eau. Ces redevances sont en partie utilisées pour financer l’assainissement de l’eau que nous utilisons au quotidien à la maison. Ce sont les eaux usées, qui contaminent les milieux dans lesquels elles sont déversées (rivières, mer…) et c’est dans ce but que des réseaux d’assainissement ont été mis en place.

Parce que l’information et la sensibilisation du public constituent l’une de ses missions les plus importantes, l’ODE et les acteurs de l’eau et de l’environnement de l’île de Cap Nord, de l’Espace Sud et de la CACEM, partagerons avec le public, l’état des lieux de l’assainissement sur leur territoire et aussi, faire un rappel des bonnes pratiques, dans ces domaines de l’Eau et de l’Assainissement en Martinique.

ENERGIE & EFFICACITE ENERGETIQUE :

EDF, SMEM, Yohan Pélis (Géographe- cartographe), ADEME, Un professionnel de montage de panneaux solaire), Louis Boutrin

1. Bilan énergétique en Martinique
2. l’autonomie énergétique est-elle envisageable ?
3. quels pourraient être les modèles énergétiques des petits territoires insulaires caribéens ?

Dans un premier temps, seront passés en revue tous les outils susceptibles de faciliter la transition énergétique et d’accéder à terme une autonomie énergétique ;

Dans une seconde partie, un point sera réalisé sur les acceptions de dépendance et indépendance énergétique. En effet, depuis une quinzaine d’années, l’utilisation du vent, du soleil, de la biomasse, ou encore la géothermie, mais également la valorisation énergétique des déchets, se présente comme des solutions pérennes pour garantir une meilleure sécurisation de l’approvisionnement énergétique en amoindrissant l’importation d’énergie fossile.

Au-delà du contexte caribéen, les enjeux et défis propres au modèle énergétique martiniquais seront présentés.

ECONOMIE CIRCULAIRE ET SOLIDAIRE EN MARTINIQUE :

Conjuguer exemplarité environnementale et utilité sociale » : Intervenants DIECCTE, Caisse des Dépôts, ADEME, Fabrique à entreprendre, Initiative Martinique Active, ADEME, plus témoignages d’associations dans ces secteurs…

GESTION DES DECHETS A LA MARTINIQUE, TRI & VALORISATION : Intervenants Les 3 EPCI, l’ADEME, le SMTVD Le but de cette table ronde est de faire le point sur la situation à la Martinique et que des réponses soient apportées à la problématique de gestion des déchets à la Martinique en mettant l’accent sur les solutions de Réduction, les différentes infrastructures de Tri disponibles et les différentes formes de Valorisation pour les déchets que nous produisons.

I – Introduction : Impact environnemental des déchets II – Etat des lieux et outils de traitement (actuel/futurs) (SMTVD)
III – Prévention : Les solutions quotidiennes pour réduire les déchets (Particuliers & Entreprises)

IV – TRI
– Plastique (CACEM), Verre (Espace Sud), Bio-Déchets (Cap Nord), Entreprises (CCIM),Consommation responsable (CACEM) – Foyers Témoins (Espace Sud)

V – Conclusion ADEME

INITIATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE :

Les conférenciers expliqueront aux publics et aux élèves présents lors de cette table ronde les bases du développement durable de façon globale, puis ils expliqueront la situation à la Martinique.
Nombreux sont ceux qui pensent que le « développement durable » est un concept qui est apparu en 1987, dans le rapport Bruntland, et qui se définit exclusivement par la formule suivante : « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

Si on réduit souvent le développement durable à cette seule citation, il convient toutefois de se poser quelques questions :
1. D’où vient réellement ce concept ? En clair, quelles sont ses racines ?
2. Pourquoi l’associe-t-on au concept d’utopie ?

3. Aux trois piliers traditionnels qui le fondent (l’économique, le sociétal et l’environnemental), ne faudrait-il pas en ajouter un ou plusieurs autres ? Les réponses apportées à ces questions permettront d’appréhender avec plus de finesse la réalité de ce concept très ancien, et de présenter les facteurs qui, en Martinique, sous-tendent la mise en place d’un développement durable.

La Martinique a toujours été dépeinte comme une île paradisiaque, bordée d’une mer bleue-turquoise, de plages de sable blanc, de coraux multicolores et de forêts tropicales. Si ces caractéristiques paysagères peuvent encore être observées dans certaines régions, force est de constater que le développement économique des dernières décennies a eu des incidences particulièrement nocives sur le milieu. En clair, ces paysages subsistent mais sont de plus en plus rares et de moins en moins bien conservés.

A travers l’exemple des activités agricoles, touristiques et industrielles, nous apprécierons l’impact des activités humaines sur le milieu, ce qui nous permettra d’évaluer l’ampleur de l’anthropisation du milieu.

En définitive, face aux dégradations plurimorphes de l’environnement, mais plus encore face à la grande vulnérabilité des populations locales, le moment n’est-il pas venu de changer de paradigme et d’initier un développement dit…durable.